Restauration des jalles de la presqu'île d'Ambès


Participation En cours

Publiée le 08 / 11 / 2021

La restauration des jalles de la presqu’île d’Ambès a pour but de lutter contre les inondations et de protéger la biodiversité.

Une enquête publique est organisée du 8 novembre au 17 décembre 2021, en vue d’obtenir l’autorisation de procéder aux travaux sur les 17 jalles concernées. Elle vous permet de prendre connaissance des informations relatives au projet et d’exprimer vos observations.


  • Etat de la participation : En cours
  • Type : Réglementée / Enquête publique

    Procédure de participation strictement encadrée par des textes législatifs ou réglementaires spécifiques (code de l'environnement, de l'expropriation, etc.). C'est l'arrêté d'ouverture de chaque enquête qui détermine si le dossier peut être consulté en ligne et si les citoyens ont la possibilité ou pas de donner leur avis en ligne.

  • Thématique : Développement durable
  • Porteur de la participation : Bordeaux Métropole

    L'institution qui organise la participation, qui en est responsable.

  • Gestionnaire de la participation : Florence Youbi
  • Commissaire-enquêteur : Pierre Thierceault
    Le commissaire enquêteur accueille, échange avec le public et collecte ses observations. Il vérifie et confirme que le cadre légal a été strictement respecté au cours de l'enquête publique. Une fois l'enquête publique terminée, le commissaire enquêteur ré
  • Communes et quartiers : Ambarès-et-Lagrave , Ambès , Saint-Louis de Montferrand , Saint-Vincent de Paul
  • Localisation de la participation : Voir le plan
Eléments clés
  • 17 jalles à restaurer
  • 13 espèces floristiques protégées
  • 2 espèces faunistiques protégées
  • 29 000 m3 de terre et alluvions à extraire des jalles et à valoriser
Avancée de la participation en ligne
0
0 avis
0 réactions

Calendrier simplifié de la participation
25 / 10 / 2021 :
Publication de l’avis d’ouverture
24 / 09 / 2021 :
Délibération d’ouverture de l’enquête publique
Présentation détaillée

La presqu’île d’Ambès, formée par la confluence entre la Dordogne et la Garonne, est localisée au nord de l’agglomération bordelaise, sur les communes d’Ambarès-et-Lagrave, Ambès, Saint-Louis-de-Montferrand et Saint-Vincent-de-Paul. Les jalles (grands fossés d’évacuation des eaux pluviales ou fluviales) et leurs rives sont composées de formations végétales influencées par les marées, dont l’intérêt écologique et hydraulique n’est plus à démontrer.

Un fonctionnement hydraulique problématique

La presqu’île d’Ambès est particulièrement vulnérable aux inondations provenant de la Garonne et de la Dordogne. Un réseau de jalles et d’esteys, munis d’écluses et de clapets, a été mis en place au cours du 17ème siècle dans le but de répartir et d'évacuer le trop-plein d’eau qui se concentrait dans les zones les plus basses. Le réseau mis en œuvre devait également servir à faire rentrer de l’eau lorsque nécessaire.

Or, plusieurs observations ont été faites au cours des dernières décennies :

  • des difficultés de ressuyage des marais (évacuation des eaux après inondation),
  • une prise en compte accrue du risque inondation,
  • une valorisation des enjeux environnementaux dans un secteur accueillant trois zones Natura 2000 et une Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique (ZNIEFF) d’intérêt général,
  • des conflits d’usage liés à l’eau (agriculture, chasse, pêche…).

Voir les détails dans le rapport de projet.

Restaurer la capacité d’évacuation des eaux d’inondation, sur un territoire d’une grande richesse écologique

Bordeaux Métropole envisage une série de travaux d’investissement, concentrés sur les 17 jalles principales de la presqu’île d’Ambès.

Les objectifs du projet sont les suivants :

  • augmenter la capacité d’évacuation des jalles à marée basse et leur capacité de stockage à marée haute,
  • améliorer l’évacuation des eaux et le drainage de la nappe,
  • raccourcir fortement le délai de retour à la normale des territoires sinistrés et, ainsi, en réduire la vulnérabilité,
  • proposer un phasage de travaux cohérent avec le Programme d’Action de Prévention des Inondations (PAPI - action 5.7) et avec les enjeux de protection de la Presqu’île d’Ambès (zones urbanisées et industrielles).

Les travaux envisagés se décomposent en 4 phases :

  • Phase 1 : Jalles des Grandes du Guâ, du Canard, de Gereyme, des Toureils (travaux réalisés) ;
  • Phase 2 : Artiguemonge, Dureteste, Gragnodière, Lacône, Peychaud ;
  • Phase 3 : Grillon, Estey du Moine, Mondion, Madran, Maqueline ;
  • Phase 4 : Canteloup, Fourat, Jacobin.

Pour connaître les espaces faune-flore présentes sur les jalles, consultez l'atlas cartographique. Voir aussi le dossier de demande de dérogation pour les espèces protégées.

Une enquête publique pour recueillir vos observations et propositions

Une enquête publique est ouverte du 8 novembre au 17 décembre 2021 (16h30) inclus.

Elle porte sur une demande de déclaration d’intérêt général (DIG) du plan d’adaptation et de gestion du réseau des jalles du marais de la Presqu’île d’Ambès pour l’évacuation des eaux d’inondation fluviales pour la période 2022-2027.

La reconnaissance du caractère d’intérêt général permettrait à Bordeaux Métropole :

  • d’accéder aux propriétés privées riveraines,
  • de justifier de la dépense de fonds publics sur des terrains privés,
  • de réaliser des travaux sur un linéaire relativement important.

Vous pouvez prendre connaissance des informations mises à votre disposition et exprimer votre avis sur le projet tel qu’il est formalisé à ce stade, sur le présent site et selon les modalités décrites ci-dessous.

Documents à télécharger
Vous aussi, réagissez et participez à cette démarche !
Participation hors ligne

Vous pouvez prendre connaissance du dossier d’enquête publique et exprimer vos observations sur le présent site internet. D’autres modalités sont également mises à votre disposition.

Cinq permanences du commissaire-enquêteur

Le commissaire-enquêteur nommé par le Tribunal administratif, Monsieur Pierre Thierceault, recevra le public lors de cinq permanences :

  • le 8 novembre entre 9h et midi, à la Mairie de Saint-Vincent-de-Paul,
  • le 16 novembre, entre 14h et 17h ainsi que le 17 décembre entre 14h et 16h30, à la Mairie d’Ambès,
  • le 26 novembre, entre 9h et midi, à la Mairie d’Ambarès-et-Lagrave,
  • le 2 décembre entre 14h et 17h, à la Mairie de Saint-Louis-de-Montferrand.

Les permanences sont assurées dans le respect des gestes barrières et des mesures de distanciation physique (voir détails dans l’arrêté d’ouverture de l’enquête publique).

Des dossiers et registres « papier », une adresse postale et courriel

Un dossier et un registre destiné à recueillir les observations du public seront déposés dans les quatre Mairies concernées.

Le public pourra également adresser ses observations et propositions écrites :

  • par courriel,
  • par voie postale.

Les détails de ces modalités complémentaires figurent dans l’arrêté d’ouverture de l’enquête publique.

Prochaines actions hors ligne à propos de cette participation
Bilan des participations en ligne et hors ligne

Après clôture de l’enquête et réception des registres et des documents annexés, le commissaire-enquêteur rencontrera, dans les huit jours, Bordeaux Métropole et lui communiquera les observations écrites et orales consignées dans un procès-verbal de synthèse.

Le maître d’ouvrage (Bordeaux Métropole) disposera alors d’un délai de quinze jours pour produire ses observations éventuelles.

Le commissaire-enquêteur rendra son rapport et ses conclusions motivées dans un délai de 30 jours à compter de la fin de l’enquête publique. Le public pourra consulter ces documents sur le présent site internet (et selon d’autres modalités indiquées dans l’arrêté d’ouverture de l’enquête), pendant une durée d’un an.

Décision Publiée le 03/11/2021

Madame la Préfète de la Gironde est l’autorité compétente pour statuer sur le caractère d’intérêt général du plan d’adaptation et de gestion du réseau des jalles de la Presqu’île d’Ambès :

  • soit par un arrêté d’autorisation (déclaration d’intérêt général – DIG), assortie de prescriptions à respecter,
  • soit par un arrêté de refus.

Pour ce faire, elle dispose de trois mois à compter du jour de réception par la Préfecture du dossier de l’enquête transmis par le commissaire-enquêteur.