Investir les berges de Garonne à Saint-Louis-de-Montferrand (zone d'extrême danger inondations)


Participation Archivée

Publiée le 06 / 04 / 2016

Modifiée le 26 / 09 / 2017

Les inondations de 2010 (tempête Xynthia) ont entraîné le classement de parcelles des bords de Garonne de Saint-Louis-de-Montferrand en Zone d'extrême danger (ZED) et la démolition des bâtiments concernés. Depuis, la Mairie de Saint-Louis-de-Montferrand et Bordeaux Métropole étudient la possibilité de valoriser ces espaces libérés en y aménageant par exemple des aires de pique-nique, un jardin collectif ou un verger, un parcours santé, etc.

Participez ! Vous appréciez de regarder le fleuve depuis les berges, vous aimeriez contribuer à la création d'un jardin partagé, vous y pêchez déjà ou encore vous êtes voisin d'une des parcelles concernées ? Partagez avec nous votre expérience de ce site et donnez-nous votre avis sur les aménagements proposés. La Mairie et Bordeaux Métropole s'en nourriront pour finaliser un projet.

La participation est clôturée depuis le 25 août 2017.

Le bilan de la participation a été publié le 26 septembre 2017.

Les décisions prises au terme de la participation ont été publiées le 26 septembre 2017.


  • Etat de la participation : Archivée
  • Type : Non-réglementée simplifiée

    Participation dont les modalités sont fixées librement par le porteur. Présentation, sur ce site web, en mode « simplifié » (dans 1 seule rubrique : « présentation détaillée »). Une réponse individuelle en ligne pourra être apportée aux avis citoyens, dans la mesure du possible.

  • Thématique : Développement durable
  • Porteur de la participation : Bordeaux Métropole

    L'institution qui organise la participation, qui en est responsable.

  • Gestionnaire de la participation : Eulalie Leclerc
  • Animateur externe : Agence Place (groupe Reflex) / Mehdi Hazgui
    Organisme-conseil qui anime la participation pour le compte du « porteur » ou de son « mandataire ».
  • Conseil technique : Conseil d'architecture, d'urbanisme et d'environnement (CAUE) Gironde, Place aux jardins, Les jardins d'aujourd'hui
    Organisme d'appui technique au "porteur" ou au "gestionnaire".
  • Communes et quartiers : Saint-Louis de Montferrand
  • Localisation de la participation : Voir le plan
Eléments clés
  • 1 zone classée "extrême danger inondation"
  • 15 sites publics à investir
Avancée de la participation en ligne
1 participants
Un participant peut émettre des AVIS et des REACTIONS aux avis des autres. Dans certains cas, il peut aussi formuler des PROPOSITIONS.
1 avis
0 réactions

Calendrier simplifié de la participation
25 / 08 / 2017 :
Clôture de la participation
30 / 09 / 2016 :
30 / 11 / 2015 :
Fin de l'exposition
28 / 11 / 2015 :
Réunion publique #2
16 / 11 / 2015 :
Début de l'exposition
14 / 11 / 2015 :
Réunion publique #1
Présentation détaillée

15 parcelles inondables libérées au sein de la « zone d'extrême danger » (ZED)

Lors de la tempête Xynthia de 2010, la commune de Saint Louis de Montferrand a été fortement touchée par les inondations. L’eau est montée jusqu’à plus d’un mètre dans certaines maisons, entraînant de nombreux dégâts.

L’État a alors décidé de délimiter une zone d’extrême danger (ZED) et de démolir (après achat de celles-ci et aide au relogement des habitants) les maisons de plain-pied impactées par plus d’un mètre d’eau lors de cet événement. En effet, celles ci n’avaient pas d’étage pouvant servir de zone refuge en cas de crue.

Les démolitions ont commencé en 2012 et s’étalent jusqu’à la fin de l’été 2015, laissant ainsi 15 parcelles « vides », disposées de manière éparse le long de la Garonne, du nord au sud de la commune.

Ces parcelles, dont l’Etat reste propriétaire, seront mises à la disposition de la commune de Saint Louis de Montferrand, par convention de gestion. La commune s’est alors saisie de leur devenir, et souhaite aménager et valoriser ces 15 parcelles.

Quel devenir pour ces 15 parcelles publiques ?

Etat des lieux et premières intentions

Le CAUE a accompagné la commune dans ces réflexion. Son équipe a d'abord réalisé un état des lieux et un diagnostic précis de chaque terrain. Elle a ensuite livré une première étude intitulée « Des ouvertures vers le fleuve : mise en place d'une démarche et orientations ».

Y sont proposés des aménagements spécifiques à chacune des 15 parcelles libérées, comme par exemple :

  • du mobilier urbain (aires de pique-nique, bancs...),
  • des jeux pour enfants,
  • un jardin partagé ou des vergers publics,
  • à plus long terme, un carrelet.

La commune souhaite créer un fil conducteur (un logo, un matériau, une couleur...), afin que l’on puisse visuellement relier ces parcelles et créer ainsi une promenade le long de la Garonne. Des panneaux pédagogiques reviendront, le long de ce parcours, sur le risque inondation, l’histoire de la commune ou encore la biodiversité.

Le projet s'affine au fur et à mesure des rencontres avec les citoyens

Des réunions publiques, une exposition, 42 réponses à un questionnaire: les premières intentions s'affinent au fur et à mesure des rencontres avec les citoyens et des études techniques. Un nouveau plan-projet est présenté en réunion publique du 30 septembre 2016 : il détaille les propositions d'aménagement que Bordeaux Métropole et la commune de Saint-Louis-de-Montferrand souhaitent discuter avec les habitants. En particulier, le projet d'espace de convivialité près de l'école.

Les liens du projet avec le PAPI et le futur sentier de randonnée

Des liens devront être établis entre les aménagements proposés pour la ZED et d'autres projets qui impactent également les berges du fleuve à Saint-Louis de Montferrand, tels que :

  • le projet de Programme d'actions de prévention des inondations (PAPI) : à ce stade des réflexions, il prévoit, entre autres, la restauration des ouvrages de protection (notamment une éventuelle ré-hausse au droit du bourg de Saint-Louis de Montferrand), celle des dispositifs de compensation dans les marais ou encore du du réseau de ressuyage de la Presqu’île d’Ambès.
  • Le circuit de randonnée dénommé la « boucle verte » : cet itinéraire piéton de 120 kms relie déjà des grands espaces de nature de l'agglomération bordelaise. Une étude est en cours pour éventuellement y inclure les 4 communes de la Presqu'île : Saint-Louis-de-Montferrand, Ambès, Saint-Vincent-de-Paul et Ambarès-et-Lagrave. L'étude s'appuie sur une démarche participative, organisée avec les communes, les habitants, les associations, les chasseurs et pêcheurs, les propriétaires, les agriculteurs, etc.

Le calendrier prévisionnel du projet

  • d'avril à la fin de l’été 2015 : démolition de la majorité des 15 maisons par l’État,
  • d'octobre 2015 à l'automne 2016 : participation citoyenne à l'élaboration du projet,
  • décembre 2015 – 2018 : début des travaux.

Comment participer à la réflexion ?

Les habitants de Saint Louis de Montferrand, encore non associés à ce projet, s’interrogent sur les ambitions de la commune concernant ces parcelles (possibilité de nuisances ? parcelles laissées à l’abandon ?), et font part pour certains d’inquiétude voire d’agressivité, qui peut également s’expliquer par le traumatisme laissé après les inondations et les démolitions de maisons voisines, au cœur du centre-bourg.

Les enjeux primordiaux de la démarche de participation citoyenne sont donc de :

  • informer les habitants du projet en cours,
  • fédérer autour de ce projet en proposant une consultation au cours de laquelle tout citoyen intéressé pourra émettre un avis sur le projet,
  • valoriser l’action publique, rassurer et communiquer sur les différents projets pour réduire les inquiétudes,
  • susciter l'appropriation de ces parcelles par les habitants, une fois valorisées.

Pour construire la nouvelle histoire des 15 parcelles libérées dans la ZED, faites-nous part de votre avis et de vos idées :

  • en vous exprimant sur ce site.
  • en participant aux rencontres publiques : voir la rubrique ci-dessous "participation hors ligne".
  • en répondant à un questionnaire (en novembre 2015).

La participation a été clôturée le 25 août 2017.

Participation hors ligne
Participation en réunion publique ou tout autre événement « physique » (par opposition à la participation « en ligne », sur le site web).
Modifiée le 26/09/2017

Vous ne voulez pas rater les prochaines réunions publiques ?

Deux premières réunions publiques pour déterminer les grands principes d’aménagement

[14 et 28 novembre 2015]

Deux réunions publiques, ouvertes à tous, ont été organisées pour vous présenter le projet et élaborer ensemble des principes d'aménagement :

  • celle du samedi 14 novembre a permis d'amorcer la réflexion collective avec une trentaine de personnes.
  • celle du samedi 28 novembre a également rassemblé une trentaine de participants ; la moitié d'entre eux était déjà présents à la 1ère, l'autre moitié était constituée de nouvelles personnes. Au programme : synthèse des propositions issues de la 1ère réunion et suites à donner.

Objectif : engager la réflexion collective autour du devenir des parcelles

La Mairie de Saint-Louis-de-Montferrand et l'équipe de Bordeaux Métropole ont d'abord rappelé l'ambition et les objectifs du projet ainsi que son calendrier de réalisation. Puis, le CAUE de Gironde a présenté son diagnostic des 15 parcelles libérées, leur potentiel et les aménagements publics proposés.

Sur la base de toutes ces informations préalables, les citoyens ont été répartis en 3 groupes, pour travailler chacun sur une thématique différente :

  • les sites de nature (extension du parc, vergers et arboretum)
  • les jardins collectifs
  • les clôtures, le mobilier.

Le but était de faire appel à l'expertise d'usage des habitants, à leur connaissance des lieux et de leur histoire pour valider ou compléter les principes d'aménagement proposés.

Le travail au sein de chaque groupe a duré entre 15 et 20 minutes. Puis, les participants ont changé de groupe, de façon à avoir tous contribué aux 3 thématiques à la fin de la matinée : c'est ce qu'on appelle un « world café ».

Résultat : 2 principes d'aménagement et 2 localisations privilégiées pour les aménagements

Les principales propositions issues des tables rondes, synthétisées lors de la 2nde réunion :

  • deux principes d'aménagement :
    • rechercher la simplicité dans les aménagements et le mobilier, pour en simplifier l'entretien et la maintenance.
    • considérer que l'aménagement doit s'effectuer progressivement car, les 15 parcelles représentant presque 30 hectares à aménager, il sera difficile de toutes les aménager en une seule fois.
  • deux localisations privilégiées :
    • renforcer l'attractivité du centre-bourg grâce à un cheminement, des jardins et jeux pour l'école...
    • aménager l'entrée sud du bourg (« la cale »).
  • des espaces de nature à développer : faire découvrir les marais, prévoir des points d'observation avec vue sur la Garonne et un parcours santé, donner une place particulière à l'art, rendre les aménagements facilement accessibles à tous les visiteurs de la commune et de la Métropole.
  • La nécessité de clôturer les parcelles pour préserver les propriétés mitoyennes, tout en préservant des ouvertures visuelles vers l'espace public, avec une préférence pour les matériaux résistants et facilement remplaçables (le bois notamment).
  • Les cheminements devront être praticables en toutes saisons, dans la mesure du possible.
  • L'idée des jardins partagés paraît a priori paradoxale, tous les habitants disposant a priori de leur propre jardin. D'autres idées ont été évoquées pour éviter l'usage de potager : ruches, vigne, fleurs, nichoirs, sylviculture communale, jardin pédagogique pour l'école et le centre de loisirs et pour sensibiliser les habitants au jardinage écologique, etc.

Trois enseignements généraux : positiver, mobiliser, associer

Trois enseignements principaux ont également émergé lors de ces 2 réunions :

  • « Positiver » : l'aménagement des 15 parcelles est un moyen de transformer une situation de forte contrainte en une dynamique de projet.
  • « Mobiliser » : cette participation a bien sûr mobilisé le monde associatif traditionnellement investi sur de tels sujets (association des amis des marais, pêcheurs, artistes...), mais aussi des habitants venus en leur nom propre, avec une réelle diversité d'âges (le public « classique » des seniors, mais aussi des ménages plus jeunes dont certains venus avec leurs enfants en bas âge, pris en charge le temps de la réunion par une garderie organisée par la ville).
  • « Associer » : le principe du « world café » a permis d'aller au-delà d'une traditionnelle réunion d'information, en proposant aux participants un cadre de travail tout en mobilisant leur propre capacité d'expertise. Mais surtout, c'est la qualité des réflexions, analyses, expertises et propositions opérationnelles issues des ateliers qu'il convient de souligner. Elle constituent les bases solides d'un cahier des charges pour le futur projet.

Une exposition pour faire connaître le projet

Une exposition a été présentée à la Mairie en novembre et décembre 2015.

Elle détaillait :

  • les grands objectifs du projet concernant les berges du fleuve,
  • les 15 sites du projet avec, pour chacun, ses potentialités et vocations envisageables (verger, aire de pique-nique, promenade, etc.),
  • les différents acteurs du projet : la Mairie de Saint-Louis-de-Monteferrand, Bordeaux Métropole, les différents organismes de conseil associés (le Conseil d'architecture, d'urbanisme et d'environnement de la Gironde, les Jardins d'aujourd'hui et Place aux jardins), l'animateur de la participation (l'agence Place).

Une quarantaine de réponses au questionnaire

Fin novembre 2015, 42 réponses au questionnaire ont été reçues.

Quelques extraits :

J'aime voir le fleuve, mais quand il ne déborde pas !

J'aime me promener au bord de la Garonne avec mon fils

J'ai peur qu'ils soient dégradés (en parlant des lieux de détente qui pourraient être aménagés)

Toutes les réponses ont été examinées attentivement par l'équipe-projet, puis comparées avec les éléments issus des 2 réunions publiques de novembre.

Un espace de convivialité près de l'école ? Approfondissons l'idée lors de la réunion publique #3

[vendredi 30 septembre 2016]

Lors des réunions publiques de novembre 2015 et via le questionnaire, certains Montferrandais avaient émis l'idée d'aménager un espace de convivialité à côté de l'école : un espace de jardinage ou de bricolage, des jeux pour les enfants, etc. Pourquoi pas ?

Alors, pour la réunion publique du vendredi 30 septembre 2016, l’association Les Jardins d’aujourd’hui a préfiguré ce que pouvait être un jardin collectif grâce à quelques aménagements provisoires : ateliers de semis et de plantations pour les enfants, un cheminement qui serpente jusqu’au verger existant en bord de fleuve, etc.

Pour la cinquantaine de Montferrandais présents, il était ainsi plus facile de comprendre le projet : des jardins partagés (légumes, arbres fruitiers, fleurs…) cohabiteraient avec un jardin pédagogique pour l’école voisine et des jeux pour tous les enfants un peu plus loin. Certains participants ont même suggéré d’organiser des ateliers pour créer des tables et fauteuils en palettes de bois. D’autres se sont déjà proposés pour dispenser leurs conseils au sein du jardin pédagogique.

Les discussions ont aussi porté sur les 14 autres parcelles à aménager ; certains participants préférant, pour la parcelle la plus au sud, un parc réservé aux chiens plutôt qu’un pré aux moutons ou suggérant un boulodrome à la place d’un parking.

Bilan des participations en ligne et hors ligne
Synthèse de la participation des citoyens à la fois sur le site web et lors des réunions publiques.

Le projet d’aménagement des 15 parcelles en bord de Garonne a suscité l’intérêt des Montferrandais :

  • entre 30 et 50 Montferrandais présents à chacune des 3 réunions publiques, organisées entre novembre 2015 et septembre 2016,
  • 42 réponses au questionnaire diffusé en novembre 2015,
  • des discussions informelles autour de l’exposition présentée à la Mairie fin 2015,
  • 1 avis sur le présent site.

Leurs propositions, nombreuses et riches, ont permis à la Ville et à Bordeaux Métropole de formaliser un projet et de l’enrichir au fil des rencontres.

Décision Publiée le 26/09/2017

Grâce aux discussions avec la population et à diverses études techniques, le projet est maintenant finalisé.

Chacune des 15 parcelles a trouvé sa vocation

Création de 2 vergers, installation de ruches, aménagement de jardins partagés et d’un jardin pédagogique, création d’une aire de pique-nique et d’un observatoire à oiseaux, construction d’un ponton pour admirer le fleuve, installation de moutons dans un pré, etc. : les projets sont divers et adaptés à la configuration de chacune des parcelles. Suite aux suggestions de certains habitants, le parking prévu initialement (parcelle AK15) sera finalement remplacé par une pépinière.

Trois parcelles font même l’objet d’une étude artistique dans le cadre de la « Commande Garonne ». Le duo d’envergure internationale Rometti Costales s’intéresse à ce site. Il soumettra une proposition aux comités artistique et de pilotage, pour une mise en œuvre éventuelle courant 2018. Un autre terrain, plus au sud, accueillera les travaux d’artistes locaux.

Tous ces aménagements valorisent le fleuve et offrent de nouveaux espaces de convivialité. On passe alors d’une contrainte forte, due au risque d’inondation, à une belle opportunité, celle de l’ouverture au public et de la mise en valeur du patrimoine naturel.

En savoir plus sur :

Des travaux d’aménagement échelonnés entre 2017 et 2019

A l’automne 2016, les clôtures ont été posées le long de l’avenue de la Garonne.

Certains travaux ont déjà été réalisés ou vont l’être très prochainement :

  • le verger prévu au sud est déjà aménagé. Son ouverture au public est prévue en septembre 2017 ;
  • le verger du nord et le rucher seront finalisés à l’automne 2017 pour être ouverts au public en suivant.

D’autres aménagements sont prévus dès 2018 :

  • l’aire de pique-nique ;
  • la « guinguette » ;
  • les jardins partagés et jardin pédagogique, près de l’école. La poursuite de ce projet, initié avec l’association Les Jardins d’aujourd’hui, a été confiée à une autre association, Le Bocal Local. Elle animera des ateliers avec les habitants intéressés à partir d’octobre 2017 ;
  • l’investissement de 2 parcelles par des artistes locaux. Le travail a été initié avec eux en juin 2017 ;
  • la création de l’œuvre d’art contemporain (voir « Commande artistique Garonne » plus haut).

Le reste devrait être réalisé en 2019.