Profil public

Mikaël
Inscription le 23 / 06 / 2019
Site internet :
Dernières activités de Mikaël
27 juin 2019
23h53
A ajouté un avis commenté :
J'adhère
Oui mais comme faire pour résister aux mirages de la spéculation immobilière ?

Sur l'objectif de la participation :

27 juin 2019
23h47
A ajouté un avis commenté :
J'adhère
C'est certainement un excellent projet très ambitieux même. Quand dans quelques décennies, la métropole urbaine du Bassin d'Arcachon et celle de Bordeaux auront fusionné, un tel espace de verdure, véritable oasis au cœur de la future mégalopole constituera une richesse inestimable comme c'est le cas déjà des vignobles Haut-Brion et Pape Clément. Mais n'est-ce pas déjà trop tard ! L'activité agricole sur Martignas est quasi inexistante, mis à part la culture du pin. Je suis relativement nouveau arrivé sur Martignas en 2005, et je vois tous les ans se créer plus de zones urbaines qu'ils s'en créent par décennies dans les endroits où j'ai vécu précédemment. Les Maires sont soumis à des injonctions toujours plus fortes pour viabiliser de nouveaux terrains afin de répondre à l'arrivée, sans doute légitime, de nouveaux arrivants. La rentabilité d'une exploitation agricole ne pèsera jamais bien lourd face à l'énorme plus value immédiate d'un terrain vendu à la construction immobilière. Le hameau de Boulac sur la commune de St Jean d'Illac a quasiment disparu, il y a moins de dix ans c'était encore un lieu champêtre. En théorie il y a les PLU censés régulés tout cela, mais en pratique les PLU sont essentiellement là pour être modifiés, ils donnent au mieux une vision à 2 ou 3 ans. Sur Martignas, j'ai la chance de posséder un petit terrain d'agrément en bord de Jalle, tout en amont de la zone délimité pour le projet du parc. Le PLU actuel a été rédigé il y a environ 6 ou 7 ans (je ne sais plus très bien), un peu avant l'entrée dans la métropole je crois. A l'époque, il entérinait déjà le passage en constructible d'un terrain de près de 2ha sur le bord de la Jalle, en aval et mitoyen du bien. Il s'agit là d'une terre agricole de qualité exceptionnelle, un sol fertile en profondeur, à l'abri des épisodes de sécheresse. Une qualité de terre très rare sur la commune, quand la majeure partie n'est que terrains sableux propices à la culture du Pin. On aurait pu y produire là un tonnage de fruits et légumes significatifs pour l'alimentation de la population de Martignas. A la place un projet immobilier, qui n'a pas encore vu le jour, prévoit l'implantation de 3 immeubles et pour cela le détournement d'un petit ruisseau anonyme qui coupe en deux la propriété avant de se jeter dans la Jalle. À la rédaction de ce PLU, mon terrain ainsi que le terrain d'un propriétaire voisin était encore protégé, classé en zone "nature", mais cela semble aujourd'hui déjà un passé bien lointain. Le terrain de mon voisin est passé constructible il y a un an environ et je reçois très régulièrement des offres de promoteurs pour le mien, que je vende et il deviendra très vite constructible, malgré une surface en partie en zone inondable... Je redoute le moment où l'on viendra me dire que mon écrin de verdure, quasiment situé dans l'hypercentre de Martignas, fait tâche.

Sur la problématique de la participation :

27 juin 2019
23h38
A ajouté un avis commenté :
Pas trop
Pas sûr que la richesse de ce territoire se mesure en y appliquant les règles économiques habituelles. Certains secteurs seront riches précisément parce qu'ils ne produisent "rien"

Sur l'objectif de la participation :

27 juin 2019
00h22
A ajouté un avis commenté :
Assez
Bien sûr que des zones devraient rester inaccessibles. C'est même un point essentiel et un objectif capital qu'on doit se fixer. Si on peut se féliciter aujourd'hui de l'extrême richesse de la biodiversité hébergée sur le territoire de la Jalle, c'est précisément parce que de nombreux secteurs très enclavés sont restés depuis longtemps inaccessibles ou quasiment inaccessibles. Les berges de la Jalle très souvent sableuses sont par ailleurs très fragiles et très sensibles à l'érosion, le cours de la rivière y est constamment remanié. Il ne faut pas accélérer ce processus par une fréquentation massive. Sur la zone du parc il faudra veiller à ne pas confondre zone naturelle et espace de promenade aménagé. Par définition une zone aménagée n'est plus un espace naturel. Une zone contrainte par la main de l'homme peut-être un espace de verdure salvateur où il fait bon vivre, mais ce n'est plus un espace naturel. Proposition de piste cyclable nouvelle : entre La camp de Souge à Martignas et Magudas une piste cyclable nouvelle pourrait être créée. Véritable voie nouvelle elle permettrait d'une part de relier directement Martignas à Magudas en vélo en réduisant significativement la distance par rapport au trajet via la départementale, qui est par ailleurs un itinéraire particulièrement dangereux le matin pour les cyclistes. Le franchissement de la Jalle se ferait au niveau du pont dit du "Soldat". Ce nouvel itinéraire direct offrirait d'une part un avantage concurrentiel par rapport à la voiture aux cyclistes désirant se rendre à Bordeaux en vélo, d'autre part il permettrait aux promeneurs du dimanche de venir découvrir les berges de la Jalle, loin de toute voie ouverte à la circulation automobile. Cet accès pourrait se faire sans trop porter atteinte à la biodiversité des lieux, car en marge des terrains militaires de cette zone il existe déjà une piste informelle plus ou moins régulièrement empruntée par des groupes de VTT. Les berges de la Jalle pourraient être observées depuis le haut du pont du "Soldat", à restaurer, sans donner accès aux berges pour les préserver. Reste bien sûr un obstacle de taille, outre le financement, l'accord des propriétaires riverains...

Sur la problématique de la participation :

26 juin 2019
23h25
A ajouté un avis commenté :
J'adhère
Sur la partie amont du cours de la Jalle, en raison de la déprise agricole, certains terrains sont en partie retournés à l'état sauvage, formés de taillis inextricables, ils hébergent effectivement une faune et une flore d'une extrême richesse, surtout des insectes dont des papillons et des libellules, chiroptères, reptiles, batraciens, gastéropodes... Aujourd'hui ces terrains et leur biodiversité sont menacés par l'urbanisation galopante. Plus de 10 ans que je jouis d'un terrain d'agrément sur Martignas et j'y découvre encore tous les ans des fleurs que je n'avais pas vu les années précédentes. Sur seulement 5000 m2, on y trouve plusieurs petits biotopes variés, passant tour à tour de berges boisées encaissées, à une chênaie, puis un bois humide, une prairie humide et pour finir par une prairie sèche.

Sur la problématique de la participation :
Participations en cours
Toutes les participations
Un groupe-contact pour suivre les études et les travaux du Bus à haut niveau de service (BHNS) entre Bordeaux gare Saint-Jean et Saint-Aubin de Médoc
22 / 06 / 2018
Non-réglementée simplifiée