Profil public

M. Fava
Inscription le 16 / 12 / 2016
Site internet :
Dernières activités de M. Fava
18 avril 2019
20h48
A ajouté une réaction commentée :

Ça vous amuse un tram à 150 M€ pour les quelques étudiants de Kedge qui marchent très bien à pied ?
50% de la population de Gradignan a plus de 50 ans (INSEE). Vous pensez qu'ils peuvent marcher et faire du vélo, non pas sur 500m mais sur p.l.u.s. de 500 m. 600, 700 800 m ?
Quels mensonges ne dirait-on pas pour avoir n'importe quel tram à Gradignan ?

Sur

15 avril 2019
10h03
A ajouté un avis commenté :

Même si Gradignan est une commune importante de la métropole, ce n'est pas un argument pour
justifier la création de 6 km de ligne nouvelle plus 6 km encore pour desservir Malartic. Pour justifier de tels investissements, il ne faut pas seulement compter des populations résidentes (120.000 parsonnes sur leurs trajet, ce qui reste encore vérifier) ou les grands équipements (60.000 étudiants au campus qui sont déjà bien desservis : la campus n'est pas enclavé !). Il faut faire la différence entre la population potentielle et la population qui montera réellement dans le tram. Mettre en avant la desserte de la mairie est une tromperie : combien de fois par an y allez-vous ? Une fois ? La mairie de Gradignan n'est pas au centre-ville. Ou moins ? Kedge, la grande école de management avec ses 4.000 étudiant est déjà à moins de 500 m de la station Doyen Brus. Ils n'ont aucun problème
aujourd'hui, alors que dans le même temps les autorités nous incitent à utiliser des moyens "doux" pour nos déplacements : le vélo, la marche à pied

Sur

16 décembre 2016
16h55
A ajouté un avis commenté :

DENSIFICATION
Je reviens sur l'article de Sud-Ouest du 6 avril dernier.
Je cite :
"On n'a jamais autant construit dans le grand Bordeaux... La ville est attractive, c'est une bonne garantie pour les investisseurs. (...)
Le quartier des Bassins à flot, qui est en train de sortir de terre est l'exemple le plus criant : 90% DES LOGEMENTS y sont achetés par des investisseurs. Certains n'y ont jamais mis les pieds, ils ont acheté sur plan, depuis Paris ou ailleurs. (...)
Les quartiers de locataires ont la réputation d'être moins bien tenus. La population s'y sent moins chez elle, les habitants s'investissent moins dans la vie du quartier, comme s'ils n'étaient que de passage. Les dégradations vont plus vite. (...) "
LA DENSIFICATION D'AUJOURD'HUI EST LA MISÈRE DE DEMAIN.

Sur

16 décembre 2016
11h03
a rejoint la communauté
Participations en cours
Toutes les participations
Habiter les bords de Marne à Mérignac : le projet urbain sur les rails
Non-réglementée simplifiée